Hassan

 Je m’appelle Hassan, je suis Soudanais et j’ai 26 ans. J’ai passé mon enfance dans un petit village du Darfour. Je vivais avec mes parents et mes 5 frères et sœurs dans une grande ferme, avec beaucoup de chèvres et de moutons. La vie était belle.

 

hassan-for-web
Mais en 2003 la guerre a éclaté et la vie est devenue très difficile. En 2011 mon village a été bombardé et ma mère et un de mes frères ont été tués.
Ensuite, l’armée m’a arrêté, m’accusant à tort d’appartenir aux mouvements opposés au gouvernement. Quand j’ai été relâché, mon oncle m’a dit que mon père avait été tué et que je devais m’enfuir.
Je craignais pour ma vie et je suis parti en Libye. Après 4 mois horribles dans ce pays, j’ai pris un bateau pour l’Europe. J’y suis arrivé sans rien et je cherchais protection, logement, nourriture… J’ai eu beaucoup de chance de trouver cela à Taizé ! J’ai trouvé ici une nouvelle famille.
Je n’avais jamais rencontré des chrétiens, je les connaissais seulement à travers ce que le Coran dit. Dans le Coran nous lisons qu’il y a différents chemins vers Dieu et que nous devons vivre ensemble en paix avec des gens d’autres religions. A Taizé je le vis très concrètement et je constate que cela est très facile.
Nous savons que dans toutes les religions il peut y avoir des terroristes. Aujourd’hui il y a des gens qui utilisent l’islam comme prétexte pour faire la guerre. En fait ils déforment notre religion. L’islam, comme le christianisme, est une religion de paix.

 

maciej-bilas-taize-saturday-prayer-wp

Samedi soir prière (Maciej Biłas / Flickr).

 


Hassan a été accueilli avec 10 autres jeunes hommes par la communauté de Taizé et les habitants du village, qui se sont organisés pour proposer des cours de français, des balades à vélo et des repas chez différents habitants. Après être passés par Calais, ils ont été accueillis à Taizé en novembre 2015, et vivent maintenant dans la région. La plupart travaillent ou suivent une formation.

 

maciej-bilas-taize-general-view-wp

Vue générale de Taizé, France (Maciej Biłas / Flickr).

 

  i get you fr